Blog

Apprendre une langue : comment venir à bout du challenge ?

a woman sitting on a bed using a laptop with a headset

Développer ses compétences linguistiques arrive souvent en tête des objectifs professionnels. Cela n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait que 60% des Français s’estiment pénalisés par leur niveau de langue étrangère. Voici six bonnes pratiques qui vous permettront de vous lancer, et de venir à bout du challenge.

Il est vrai que parler plus d’une langue peut changer la donne. Échanger avec des professionnels ne parlant pas votre langue maternelle permet de développer vos soft skills, et de contribuer à l’essor international de votre entreprise. Cas d’école d’une situation win-win.

Apprendre une autre langue, ce n’est pas seulement apprendre des mots différents pour les mêmes choses, mais c’est aussi apprendre une autre façon de penser.  – Flora Lewis

Que vous ayez encore des réserves avant de vous lancer dans un défi ambitieux, ou que vous ayez déjà pris votre résolution, voici cinq conseils qui devraient vous guider dans votre démarche :

1. Choisissez la langue qui est faite pour vous

Bien entendu, l’anglais, l’allemand, le français et l’espagnol sont les langues les plus recherchées par les professionnels/équipes des ressources humaines en Europe occidentale. En Amérique, l’espagnol et le portugais sont également des langues populaires.

Mais au-delà des statistiques générales, la véritable question que vous devez vous poser est de savoir quels sont vos objectifs. S’agit-il d’une employabilité maximale ou d’une spécialisation ? N’ayez pas peur de vous distinguer par un réel avantage concurrentiel sur le marché du travail :

  • Le mandarin est en train de devenir un aspect essentiel du commerce international, que ce soit dans l’import/export, le luxe, l’industrie, la distribution, l’aéronautique ou l’automobile.
  • Le japonais et le coréen sont des langues très demandées par les employeurs en Asie.
  • L’arabe offre des opportunités dans les secteurs du luxe et de l’énergie.

Avec l’émergence des BRICS, des langues telles que le mandarin et le dialecte brésilien-portugais sont devenues des atouts de premier plan dans les secteurs du commerce international, de l’import-export et du tourisme.

2. N’ayez pas froid aux yeux

Ça a toujours l’air impossible – jusqu’à ce qu’on le fasse – Nelson Mandela

En France, les débutants et pré-intermédiaires représentent plus de la moitié des formations en langues. C’est bien la preuve que se lancer dans une langue inconnue n’est pas insurmontable ! Un professeur natif, bilingue et excellent pédagogue saura vous mettre à l’aise dès la première leçon, et vous rassurer sur vos aptitudes.

Vos responsables formations et RH sont également des soutiens précieux qui sauront vous conseiller, aussi bien sur votre évolution professionnelle à travers l’apprentissage d’une langue que sur le financement de votre formation. Si celle-ci est éligible au CPF, il est possible que tout ou une partie du programme soit co-financé par un OPCA et votre employeur.

3. Soyez patient

En partant d’un niveau grand débutant, il ne faut évidemment pas s’attendre à devenir interprète à la Commission Européenne du jour au lendemain.

Un premier test est souvent lancé en début de parcours pour évaluer vos attentes et votre niveau initial. Gardez en tête que les programmes linguistiques sont pensés pour vous faire progresser niveau par niveau, à un rythme calculé pour optimiser les efforts et la mémorisation.

Par ailleurs, exigez toujours une attestation de vos progrès, par exemple un certificat de niveau CECRL (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues). Bon à savoir : les formations éligibles au CPF sont nécessairement qualifiantes, c’est-à-dire qu’elles doivent vous fournir en fin de parcours une certification standardisée de type TOEIC, LinguaSkill, Bright, Pipplet etc. reconnue sur le marché du travail.

4. Choisissez le format qui vous convient

Dans un cadre professionnel imposant un retour sur investissement, un lexique spécifique et l’atteinte d’objectifs tangibles, il vaut mieux privilégier un organisme spécialisé dans le business language training, et qui recourt à des professeurs certifiés. Pour les modalités de formation, il n’y a pas de règle absolue, et chaque apprenant aura ses propres préférences.

  • Les plateformes e-learning comme Learnship Solo permettent de se former à son rythme, partout, à tout moment, depuis son smartphone ou son ordinateur. Offrant un parcours interactif (vidéo, audio, articles…) engageant et des contenus personnalisés, elles nécessitent toutefois une grande rigueur pour ne pas décrocher. Nos Learning Specialists sont là pour vous accompagner et vous booster !
  • Existant depuis toujours, les cours en face-à-face semblent les plus naturels, et ont l’avantage d’offrir un cadre optimal pour l’interaction et la convivialité, malgré les contraintes d’emploi du temps et de présence physique requise en un lieu donné ;
  • L’immersion linguistique à l’étranger a une vraie valeur ajoutée en terme d’expérience, mais nécessite un investissement important.
  • Très développés également, les cours par téléphone nécessitent peu de moyens techniques, mais freinent l’interaction entre le formateur et l’apprenant ;
  • La visio-formation présente l’avantage de s’adapter aux déplacements professionnels et autres impératifs familiaux, tout en offrant une vraie interaction avec le formateur, une personnalisation totale du programme et un engagement maximum. En savoir plus sur Learnship Elevate.
  • Le blended learning est une approche multi-plateforme de la formation, combinant e-learning et face-à-face en ligne. A la clé ? Des économies de coût, et une progression accélérée ! En savoir plus sur Learnship Sprint.

5. Sachez quand vous lancer

Le moment présent a un avantage sur tous les autres : il nous appartient. – Charles Caleb Colton

Si l’on sait que la nouvelle année est l’occasion de se remettre en question, et de prendre un nouveau départ, il est aussi de notoriété publique que 80% des bonnes résolutions prises au nouvel an sont vouées à l’échec.

Pourquoi attendre le nouvel an ? Si vous avez pris la décision d’apprendre une nouvelle langue, comme toutes les décisions dans la vie : lancez-vous ! Prenez cependant le temps d’analyser votre contexte personnel : qu’attendez-vous de cette formation ? Et qu’attendez-vous pour vous lancer ? Est-ce un manque de temps ? Un manque de motivation ? La volonté émane-t-elle de vous, ou de votre direction ?

En vous posant les bonnes questions en amont, en vous fixant des objectifs clairs et en choisissant un organisme fiable, vous avez toutes les cartes en main pour réaliser votre bonne résolution.

Learnship Sprint wins Brandon Hall Award